Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /


Corps contraint    contrainte par corps   
    Faire corps avec    faire avec
    Juste après c’est silence    c’est immobile   
    C’est fini     c'est froid     c’est foutu

Les mots agissent   les morts agissent
    Les mots morts   la langue   oublier   là   et-mort-agit
    Tout   tout noir   partout   tous
    Plus le sang
    Fuite   en avant   obligé   obligé de   
    Simple    aller-simple

Les cimetières sont pleins de racines
    Des noms gravés sur des pierres
    Des pierres posées sur la terre
    Dedans dessous y a nos pères    nos mères
    Nos grands et arrières
    Sont tous là     sont toutes là nos     ancêtres
    Nos ancestrales     O-ri-gi-nes
    Elles bouffent dans la terre des cimetières
    Les charognes de nos pèremères
   
Urgence de lutter
    Contre la grande marée du sommeil
    Contre les invasions régulières de Cerveau
    Par les troupes de        Chimie narcophile
    Elle coule comme de la glu entre les lignes
    Comme une couverture sur les yeux  
    Sur les mots      Narcolepsie    Mnémosis

Urgence de
    Faire éclater le  Je    les      les
    Limites              Frontières            Barrières
    État de              d’Alerrrte
    Éclats de           rire   rite   vie
    Allez vers
    Ouvrir des portes         des fenêtres        des tiroirs      des
    Dans la tête                 les têtes
    Regarder                     dehors
    Allez voir                     ailleurs
    Chez les autres            l’Autre
Urgence de garder les yeux ouverts
    Urgence de dire   de lire   d’écrire   les yeux ouverts
    Urgence de créer   de crier   de créïer
    Urgence d’être fou à hurler nuits et jours
    Urgence d’avoir peur à en chier dans ses frocs
    Urgence de vivre sans aliénation
    Urgence de vivre de le    Corps   de les Yeux   de la Mainplume
    Urgence de ne pas tomber dans leurs filets
    Urgence de ne pas être esclave de la bigue grosse  machine
    Urgence de ne pas attraper la libéralopathie   la matuvuchérie

Urgence de la
    Quête du mot   du
    Non lieu de Corps   Corps non lieu
    Corps sec    corps lisse    corps propre    corps froid
    C’est corps mort
    Corps dégoulinant d’eau  de sang  de salive  de sueur  de sperme
    De morve  de merde  de jus   c’est corps puant de vie  du vivant
    C’est de là que naît le monde
    Du VIVANT

Urgence d’être     de résister      de porter
    PAROLE         POÈME 
    C’est  Tu  existes
    Attraction fusion en       Un
    Autre est serait  miroir   se mettre nu à nu sur   miroir
    Les mains peau de      Autre     recouvre Corps et
    Corps vit   vibre   brille   reflète le monde
    Le monde rentre dedans
    C’est source   c’est sonore   c’est   Encore

Mais impuissance gagne      Et …
    Vouloir se bouffer les couilles   les ovaires  
    Se les arracher avec les dents parce que la tête  les mots
    Ils ne veulent pas  peuvent pas  tout dire
    Hurler  les mots et le reste                 remember A A le momo
    Être celui qui hurle plus   plus que   que
    Être le cuisinier des mots   des images   de la É-mo-tion  
    Celui qui débite   qui accommode  pour que
    Ils z’aient à bouffer   à digérer   à chier   
    Pour qu’après ils puissent s’en réjouir   rejouir   la Réjouissance  
    Forniquer   foutre   féconder
    Se passer les sens au papier de verre   la chair   les nerfs à vif
    Illuminer le sens        Et
    Leur ficher la Paix au cœur   au ventre

    Pourtant rien ne vient sans     ne peut sortir sans

Le récit

Ne se fait    ne se sait    ne sait plus    ne fait plus    ne peut plus   ne veut pas   n’a jamais voulu  ne sait même plus   n’a jamais su      combien de temps   dans la tête   rien que dans la tête    des images    des fictions   du rêve   du cauchemar   et   et   solitaires masturbations   collantes   tièdes   humides   poisseuses    dans la tête   même parfois tellement   tellement   les images   dans la tête   dans les tripes   dans les jambes   dans les reins   partout   frisson froid   rien   que le temps   défilement   il ment   il ment    il veut faire croire que     pourtant    il n’y a guère encore     mais guerre    on ne sait pas       on voudrait     on trouve pas
Alors envie de crier   de hurler   de tout casser   et même   de   de   de
Les mots   plus loin   plus vite   plus fort   plus dur

Urgence de
    Revendiquer de pouvoir vivre en nomade      en anonyme                en polynime   
    Libre de tuer ses fantômes   pas les êtres de sang    pas les vivants

    La bête naît-elle du ventre de La Bête        Rosemary

Ils sont nombreux   trop  partout   trop
    Ils se reproduisent les   fach’    les race’    les int’     
    Tous des istes    tous des
    Terrible tentation de les    de les
    Stériliser !
    Les    tueurs    violeurs   dictateurs    tortionnaires    tortureurs    épurateurs     affameurs    exploiteurs  spéculateurs


    Rien à voir avec les petits singes qui viennent voler les pommes de terre dans le jardin

Jusqu’au bout
    Poser la question de quand Ça s’arrête  
    De pourquoi Ça est comme il es
    Hait comme Ça  
    De comment Ça va finir

Mais ne pas pouvoir un instant oublier  
    Écouter à l’intérieur les bruits de pourriture qui gagne
Vivre avec dans   dedans       avec  Ça
    Un jour et un jour et un jour
    Jusqu’au bout   à la fin   le dernier craquement    bruissement
    Essoufflement
Malsaine sensation d’être une charogne que chaque sommeil décompose un peu   Les mouches le matin au réveil   quand elles tournent    se posent    les mouches aiment la viande nauséabonde   elles disent la vraie fin   elles auront la dernière chair    le dernier morceau   mou   puant   pullulant   purulent  
Ça rote   ça ronfle    ça pète    gonfle   fermente    fait du jus   dégouline

Vie c’est un truc qui lutte  qui construit   reconstruit à mesure que
    Pourriture agit  
    Pourriture vivante en attendant d’être    Pourriture morte  
    Alors la question est 
    Que vient foutre Conscience là dedans Corps
La Conscience
    C’est pourtant Là-dedans qu’elle se nourrit
    Intelligence de dans la   le   construction   découpage   carnage
    Silence                Action               Vertigo           Ilynx
    Coupez               Cadavere
    Histoire               Étrange
    Script                  Scribe
    Scribouilli            Cut au montage

C’est le trait    c’est le civilisé qui marque  taille  entaille  imprime
    Matérialise  numérise           
Trace(s) sur la terre   la pierre  le papier   la toile   la pellicule   le vinyle
    Ça salit   Ça noircit   rougit   verdit    bleuit    jaunit   
    Ça Tache     jusqu’au fond des cavernes
    C’est la vie   la veine   le sang noir   le cacaboudin     
    Du cacacoït      Indélébiles       Ça ne s’efface pas
En remplir des
Tablettes   carnets   livres   murs   puces   D.V.D.   clés-usb
On étale Ça sur des kilomètres dans les
Bibliothèques   Médiathèques   Musées   Mam’   Mac’   Map’
    Étrons  froids  secs  propres  inodores   pratiques à stocker
    Objet trace hermaphrodite

Urgence de poser le point d’interrogation  
    Le but du jeu         se poser la question
Qui est-ce qui
    Tentative pour trouver celui qui écrit   celui qui vit
    Ne pas pouvoir les confondre
Humanoïde   homo sapiens   homo faber   homo érectus   homo habilis
    Pas tout à fait sûr d’être   pas tout à fait sûr d’en être
    Sujet de
Que Ça fasse Un
    Et quelque chose mais au moins Un
    Pas trente six milliards   pas quarante quatre milliards
Que  Cerveau   soit Un tout
    Pas  Autres qui se battent entre eux sans demander  Son  avis  
    Des fois sont plusieurs dedans
    Recoller les morceaux   et Un c’est un entier 
    Non divisable    non sécable    non fractable

Parfois   dans la tête   InfluenceS
    Disjonction       Dissonances      Dyslexcirque
Coupez pas la bitte à Littré   Coupable hilarité   Cul pas habilité   yé ter
    Tentation de se faire exploser la tête    le faire
    Aiguille    fumée    spiritueur    poudre    pilule        and shake snake
    Plus facile    plus rapide   que avec        go go go
    Tentative de       

    Mélangez-les !

    Cocktail motschimie
            - Au dessous du volcan -
            - Aux portes de la perception -
           
    « Qu’en dites-vous M. mon percepteur
    Mon père qui êtes au zoo
    Vous qui n’êtes jamais à l’heure »

Festin de nuit  Nu comme le cul d’un singe

« Sigmund, pourquoi toujours les singes ? »

Tremblement de la main    des yeux
    Tentation de remplacer ce fichu point d’in’
    Tentative de remplacer le
    Par le mot de la
    Par le point
    Celui qui éteint derrière soi
    Qui ferme la
    De remplacer la    par la
    Mots absents    mots manquants
    Mots tous en creux    en vides
    Amenez y les mots ici

    « Les mots sont dans l’escalier ! »

    Il n’y a plus de gars mots nés là où vous les avez procréés
    Veuillez consulter un autre dic dic dic cooo cocooooo

Et alors
    Nettoyer   gommer    effacer    aller au blanc au virginal     à l’immaculé
    La parole c’est l’air  c’est l’oxygène  c’est vivebration          c’est les ondes
    C’est immatériel  c’est intemporel  c’est rien  ni avant ni après
    C’est comme si Ça n’avait jamais existé c’est juste un léger froutttt
    Une légère distorsion un léger trouble  un si léger son bousculant
    Quelques atomes de l’aile de la libellule
    Puis rien  tout se remet en place  à sa place  une place
    Pour la voix   une voix   pour l’air   avoir l’air   bouffée d’air pur

Dire
   
Et
Se souvenir des souvenirs   incarnés   résidus d’histoire   de l’histoire
    De tout   de la vie   des débuts de la pourriture dynamique
    Nœuderôles        Dentsdraculaire        Axonimagique
    Paquets entremêlés entortillés    pris en nous     nous lient
    Au   à la      Mémoire génitale         Archétypale
    Gééééénétique arithmétique mutatentation   générique
    Mémoire des   Ooor-gasmes   
    Tout est là   imprimé   sédimenté    

    Depuuuiiiiiiiiiiiiis  

Depuis
C’est l’impasse le cul du sac

Urgence de trouver la /une clef        
    Inventer une brosse pour peigner  démêlerfricher   le passé
    Retrouver la genèse de la mortvie   La première empreinte  
    Ensuite on peut la fondre   la fracturer   l’éclater en petites morts
    En petits morcceaux
    Les jeter   les disperser   les répandre  
    Faire disparaître   la / sa / son  signature   autographe
    L’effacer de la surface
Le code hélicoïdale

    Mais tout est dans  dedans  chaque éclats de      
Holographique  
    Impossible de trouver l’oublie
    Quelque part   Ça reste   Ça résiste  
    C’est comme les mots les langues   
    Elles resurgissent là où on ne les entend plus
Alors   finalement   

Ça déborde

Partager cette page
Repost0

Audio Vox Concept'

regroupe une suite de textes conçus et écrits pour la voix.

Mise en bouche en souffle en 3 2 1 …

  D’autres textes dans la rubrique Audio Vox
(enregistrement artisanal par l'auteur)
La version audio est parfois différente de la version texte.
La raison pourrait en être une persistance des brumes textuelles.
Les poèmes sont des plaques tectoniques, ils bougent, se choquent, s'entrechoquent, emmagasinent de l'énergie, cela produit des failles de sens, des cratères néologiques, parfois aussi des tremblements de vers, des tsunamis sémantiques…