Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 08:20

Y'a pas l'feu !

la Californie en flammes

le Portugal en flammes

l'Indonésie en flammes

la Sibérie en flammes

l'Amazonie en flammes

Canicule & Sécheresse sont dans un bateau

le bateau brûle

Homo sapiens a faim

il brûle des forêts pour cultiver la terre

le soleil brille

la météo est au beau fixe

tout va bien

Notre-Dame de Paris sera restaurée

dormez tranquille braves terriens

 

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2019 4 18 /07 /juillet /2019 07:37

Sur les plages ensoleillées de Tunisie

ce ne sont pas les méduses qui effraient les touristes

ce sont des cadavres qui s'échouent

cadavres défigurés des naufragés du désespoir

cadavres de ceux qui ont fuient la sécheresse

sécheresse des dictatures

sécheresse de la faim et de la soif

sécheresse des guerres à répétition

sécheresse du libéral capitalisme sauvage

embarqués sur des canots pneumatiques

ils crèvent

ils crèvent et ils se noient

femmes enfants hommes

aux mieux ils réussiront la traversée

leurs cadavres échoueront sur d'autres plages

de Grèce ou de Turquie

leurs cadavres reposeront en terre tant convoitée

leurs cadavres reposeront en terre riche

leurs cadavres reposeront en terre libre

libre de mourir en mer

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2019 5 05 /07 /juillet /2019 11:22

À lire à haute voix sur la plage cet été ; effet garanti, vous aurez de la place pour étendre votre serviette ! Vous pouvez aussi le déguster au frais là où bon vous semble.

 

Certains écrivent des livres de poésie, Yve Bressande compose des poèmes qu'il aime coller sur les pages comme d'autres collent des images ; les glisser à l'oreille, les déclamer, les hurler, les chuchoter, les bouger pour les faire tinter, sonner, blingclinguer.

Tout nouveau tout frais sorti !

 

 

Partager cet article
Repost0
7 juin 2019 5 07 /06 /juin /2019 07:52

 

le geste

le geste juste

le geste beau

le geste ample

le coup de fourche du faneur

le coup de rabot du menuisier

le coup d'archet du violoniste

le coup de pinceau du peintre

le coup de fer de la repasseuse

la danse de la plume sur la feuille

le geste     la matière

la pierre brut

le morceau de bois

le pain de terre

la bouteille d'encre

les mains dans le cambouis

la sueur sur le front

l'huile de coude

l'outil

la main

le regard

prendre la mesure des choses

construire le geste dans sa tête

imaginer le tracé     la forme     le geste

action

Partager cet article
Repost0
6 mai 2019 1 06 /05 /mai /2019 10:20

Une très intéressante revue de poésie basée à Lodève

Toutes infos ici : Revue La Volée

 

Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 10:18

Ce livre est toujours disponible !

C'est ici... ci-dessous ou directement auprès de l'auteur si vous le connaissez :)

Le prochain est déjà chez l'éditeur

sous le titre provisoire de "Croisière & autres embarquements"

Partager cet article
Repost0
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 11:49

 

 

la beauté

 

la beauté a-t-elle un sens

cinq sens

la beauté a-t-elle un lieu

si oui où

la beauté a-t-elle à voir avec le temps

le temps présent

la beauté est-elle périssable

un cheval au galop

un bœuf au labour

une hirondelle volant le printemps

un homme en train de pisser accroupi

une limace orange traversant l'allée

d'un regard construire la beauté

anéantir ce qui est dit laid

ne pas interrompre le processus en cours

prolonger tant que faire se peut ce mystère

 

la beauté

 

 

 

yve bressande

Partager cet article
Repost0
13 février 2019 3 13 /02 /février /2019 09:10

 

E. 35°09'44.19 N / 16°09'18.99 E

 

il était un petit navire
qui avait déjà beaucoup trop navigué
Ohé ! Ohé ! Matelot, me vois-tu dans mon canot
 
ils partirent pour un trop long voyage
sur la mer Mé Mé Méditerranée
Ohé ! Ohé ! Matelot, me vois-tu dans mon rafiot
 
ils partirent d'un beau pays Libye Maroc ou Tunisie
avant ils avaient déjà beaucoup voyagé
volé.e.s  violé.e.s  prostitué.e.s  esclavagisé.e.s
ils avaient aux passeurs tout donné
 
Ohé !
 
au bout de cinq à six journées,
les vivres vinrent à manquer
le pilote s'en est allé
nos yeux pouvaient encore pleurer
Ohé ! Ohé !
 
le canot fut balloté secoué
le moteur crachait toussait puait
miasmes de pétrole de vomissures
et d'autres choses biens pires encore
Ohé ! Ohé !
 
nous n'avions ni longue ni courte paille
la mer était démontée
tous serrés comme sardines
attendre et croire que l'Europe viendrait à nous
Ohé ! Ohé !
 
le mauvais sort nous poursuivait
pas de mousse ni de capitaine
quand le moteur s'est arrêté
a commencé s'est terminé notre dérive
Ohé ! Ohé !
 
on se demande alors à quelle sauce
les requins allaient nous manger
le premier à mourir fut un bébé
par dessus bord il est passé
Ohé ! Ohé !
 
les un priaient
d'autres chantaient pour conjurer la peur
le délire nous faisait voir ce qui n'existait pas
cris et pleurs se mêlaient au vent
Ohé ! Ohé !
 
combien de temps est-ce que cela a duré
au début on comptait les nuits
on comptait les jours
le compte s'est perdu dans la faim et la soif
Ohé ! Ohé !
 
un grand bateau devait venir nous sauver
c'est ce qu'ils nous avaient dit
« couleur de soleil couchant »
avec un nom qui fait rêver
Ohé ! Ohé !
 
ô sainte vierge ô mon prophète
ô ma fortune ô tout ce qui peut encore advenir
notre coque de noix est maintenant à moitié vide
encore un jour et tous les yeux seront fermés
Ohé ! Ohé !
 
une gigantesque vague nous a soulevé
vers le ciel elle nous a porté
tous nos rêves tous nos espoirs
en une seconde se sont envolés
Ohé ! Ohé !
Ohé ! Ohé matelooooooooooooooooooooooooo
 
Partager cet article
Repost0
31 août 2018 5 31 /08 /août /2018 08:27

 

Une île avec des cocotiers

avec un beau lagon bleu

avec de beaux oiseaux blancs

avec des tortues qui viendraient creuser leurs nids

avec des poissons de toutes les couleurs

une île de rêve

une île de rêve pour y rêver tranquille

loin de la fureur du monde

loin des humains fous furieux

loin des rézosocios & du bigue data

loin des mauvaises-nouvelles

loin de tout

. . .

Enfin j'y suis

nu sur ma plage de sable blanc

une pince de crabe sur le nez

je ramasse les ordures du matin

je ramasse les cadavres d'oiseaux et de tortues

je fais du bouche à bouche aux cétacés échoués

je repeins les coraux aux couleurs de la vie

je me dis qu'ailleurs peut-être . . . ce serait mieux

Une petite maison perdue dans la campagne

une petite maison que je retaperais avec mes mains

une petite maison avec un jardin bio

une petite maison avec des voisins sympas

une petite maison avec quelqu'un pour se tenir chaud

. . .

Enfin j'y suis

tout est calme et tranquille au loin un coq chante

il est tout juste six heures du matin

pourquoi tout ces véhicules bleus avec des gyrophares

est-ce pour nos voisins à l'Est tous bien barbus

est-ce pour nos voisines à fichus

celles-là sont bien gentilles mais ne parlent à personne

est-ce pour nos voisins/voisines à l'Ouest

chevelu(e)s aux habits colorés qui fument des épices

ceux qui font leur pain et de très bons fromages

ceux qui tiennent la petite épicerie

ceux qui veulent ouvrir un café restaurant végétarien

. . .

il est sept heures du matin

nous n'avons plus de voisins/voisines

ni à l'Est ni à l'Ouest

le maire du village trouve que c'est bien

qu'on sera plus tranquille surtout pour les enfants

les enfants il n'y en a plus assez des « de souche »

pour garder l'école ouverte

. . .

Faire une petite sieste à l'ombre du poirier

écouter les abeilles regarder voleter les papillons

pourquoi ce silence assourdissant

il n'est pas midi

nous ne sommes pas le 1er mercredi du mois

pourquoi cette sirène insistante

que crie ce haut-parleur

est-ce le prochain passage d'un cirque

qui sont ces gens en combinaison intégrale et masque sur le visage

pourquoi devrais-je moi aussi m'équiper de la sorte

/

notre petite maison était bien jolie

nous ne pourrons plus y retourner avant . . .

je me dis qu'ailleurs peut-être . . . ce sera mieux

 

Oui mais où ?

Qui a une nouvelle idée où aller

dites-moi s v p

au fond d'une grotte loin des ondes & du wifi

dans un désert sans trop de djihadistes

au milieu de la foret amazonienne qui rétrécit à vu d'œil

où ?

émigrer sur Mars à bord d'une belle voiture rouge ? !

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 09:23

 

1789

ce sera mieux après

1848

ce sera mieux après

1871

ce sera mieux après

1905

ce sera mieux après

1917

ce sera mieux après

1936

ce sera mieux après

1945/46

ce sera mieux après

et pourquoi pas 1968

ce sera mieux après

après quoi

après Macron ce sera mieux ?

 

au premier degré

ils y croyaient ils y ont cru

on y croyait on y a cru

y croire encore un peu...

pas la révolution

pas le grand soir

l'abolition des privilèges

l'égalité des droits

les congés payés

la sécurité sociale

le droits de votes des dames

la Société Nationale des Chemins de Fer Français

 

au premier degré y croire

au power flower

au peace and love

au faite l'amour pas la guerre

à la vie en communauté

au demi pression à 50c

aux 100m2 sur les Pentes de la X R à 200 Frs de loyer mensuel

« tais-toi vieux con » ça c'était avant

 

au premier degré

aujourd'hui faut faire du bouche à bouche

aux petits oiseaux aux papillons aux coccinelles

aux perdrix rouges aux requins marteaux

Aïe !

ce sera mieux après

 

au premier degré rêver

un monde décarbonisé

dézassidifié mais pas dézadifié

ce sera mieux après

une monde total zadifié

« ma zad ta mère ! »

ce sera mieux après

sinon va falloir trouver

un autre monde

ou bien laissé la place

aux poulpes & calamars

au scorpions & au cafards

mais bon comme ce sera mieux après

pourquoi s'en faire

« Dans la vie faut pas s'en faire
Moi je ne m'en fais pas
Ces petites misères
Seront passagères
Tout ça s'arrangera
Je n'ai pas un caractère
À m'faire du tracas
Croyez-moi sur terre
Faut jamais s'en faire
Moi je ne m'en fais pas »

 

yve bressande Cédrats 14 05 18

Partager cet article
Repost0

Audio Vox Concept'

regroupe une suite de textes conçus et écrits pour la voix.

Mise en bouche en souffle en 3 2 1 …

  D’autres textes dans la rubrique Audio Vox
(enregistrement artisanal par l'auteur)
La version audio est parfois différente de la version texte.
La raison pourrait en être une persistance des brumes textuelles.
Les poèmes sont des plaques tectoniques, ils bougent, se choquent, s'entrechoquent, emmagasinent de l'énergie, cela produit des failles de sens, des cratères néologiques, parfois aussi des tremblements de vers, des tsunamis sémantiques…