Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2017 7 09 /04 /avril /2017 10:28

Terre d'élection

Terre d'asile

Terre de liens

Terre des hommes

Terre des possibles

Terre d'aventure

Terre d'horizon

Terre d'accueil

Terre de liberté

Terre nourricière

Terre d'Europe

Terre de France

Toi ou Toite quand tu seras président(e)

Que sèmeras-tu sur cette terre

Quelles graines feras-tu germer

Cinq printemps tu seras le jardinier la jardinière

Nous t'attendons (le pied ferme) pour la récolte

Fourches piques et faux bien en mains

 

Tu te présentes pourquoi

Tu te présentes pour qui

Tu représentes qui /

Tu te présentes pour Toi

Tu te présentes pour faire plaisir à ta mère

Tu te présentes pour que ton père soit fier de toi

Tu te présentes pour que ta femmes sache que tu en as

Tu te présentes pour que ton mec sache qui la porte

Tu te présentes pour l'illusion du pouvoir

Tu te présentes pour l'ivresse du pouvoir

Tu te présentes pour passer à la télé

Tu te présentes pour avoir plus d'ami(e)s suiveurs sur la Fesse et ailleurs

Tu te présentes pour avoir ton nom en haut de l'affiche

Tu te présentes pour être reconnu dans la rue

Tu te présentes pour avoir un jour ta statue de douze mètres de haut au sommet d'une colline sur la plus grande des places

 

Tu veux être élu

Tu veux être l'élu... du peuple

Tu veux être élu pour faire le bonheur de tes électeurs

Tu veux être élu pour la grandeur de ton pays

Tu veux être élu pour pouvoir poser le doigt sur LE bouton et...

Tu veux être élu pour donner du boulot à... ta femme, ton mari, tes amants, tes enfants, tes copains,

Tu veux être élu pour ne plus avoir à travailler

Tu veux être élu pour avoir une bonne retraite

Tu veux être élu pour la gloire

Tu veux être élu pour être sur la photo avec les « grands » de ce monde

Tu veux être élu pour avoir autour de toi une armée de 12 000 conseillés en communication (merci Grégoire)

Tu veux être élu pour avoir ton nom dans le dictionnaire

Tu veux être élu pour entrer dans les livres d'histoire de France

Tu veux être élu pour avoir un plaque bleue à ton nom

une impasse fera l'affaire

 

Veux-tu vraiment être l'élu

Ou est-ce juste pour ouvrir ta bouche

Pour avoir ton quart d'heure warholien

Tu ne seras vraiment « Président à vie » qu'après ta mort /

Quoique que tu aies fait

Quoique tu n’aies pas fait

Qui s'en souviendra

On attribuera tes hauts faits à d'autres

On t'en attribuera par erreur et pas que de glorieux

Les enfants des écoles massacreront l'ortografe de ton nom

Les enfants des écoles te confondront avec un chanteur passé de mode

Un autre président(e) te succédera

Et ainsi il en ira

Même les pires on a fini par les oublier

Un jour tu mourireras

Même pas sûr qu'on te fasse des funérailles nationales

 

yve bressande / 07 04 2017

Repost 0
22 mars 2017 3 22 /03 /mars /2017 08:16

 

Le paysage est somptueux, rugueux, sombre, ténébreux, beau,

collines landes, végétation rase, ciel bas, et bien sûr les ruines du château.

L'oeil part à la recherche, un peu anxieux, le regard glisse sur la surface brillante, au loin, rien. On s'y attendait un peu, pas de miracle, pas d'apparition.

Quoique, là, près de la berge, dodelinant, flottant, à la dérive, seul ; il tourne sur lui-même, l'oeil vif, le bec rouge vif, petit canard jaune vif.

Il n'a peur de rien, ni de personne, il flotte, incomestible.

As-tu été oublié là, perdu là par un enfant distrait, par un enfant effrayé, par un enfant terrorisé, par un enfant dévoré, englouti, noyé ?

Forcément ta présence n'est pas anodine !

C'est un signe. Tu n'es pas un cygne.

Où sont tes parents, petit monstre ?

Es-tu arrivé par les airs ?

Es-tu remonté des profondeurs abyssales ?

Tu n'es pas noir, si encore tu étais noir, petit canard jaune, on aurait comme un doute, on supputerait de noirs desseins.

Canard vole ! Canard nage ! Canard plonge !

As-tu volé un jour au-dessus du miroir ?

As-tu exploré tous ses recoins, tous ses mystères ?

As-tu plongé ? Qu'as-tu vu sous la surface ? Au dessous du miroir, dans les profondeurs noires ; une ombre, une silhouette furtive.

Viens, approche, raconte un peu, depuis combien de temps es-tu là ?

Tu ne dis rien, approche petit ; il n'entend rien, ne comprend rien ;

se déchausser, tremper un pied dans l'eau du lac, elle est froide, trop froide, paralysante, elle n'est pas noire, le pied est là, on le voit, posé sur les graviers.

Petit, petit, en douceur, attraper la bestiole, elle ne résiste pas, la tourner et retourner dans sa main, la soupeser, légère. L'oeil fixe, hypnotisé (?).

Es-tu un appelant pour canard mutant ?

Es-tu un leurre pour attirer Le Monstre ?

Es-tu fils du monstre ?

Es-tu avatar du monstre ?

Es-tu monstre toi-même ?

Bébé monstre d'une modernité plastifiée, d'un monde de cartes postales, objet dérisoire et désuet.

Petit canard jaune sur les eaux sombres du Loch Ness.

Tu n'es pas Donald, tu ne lui ressembles pas, tu n'es pas président, un canard avec une moumoute blonde ça n'existe pas, un monstre président des États-Unis d'Amérique ça n'existe pas !

Les monstres sont dans les cirques, au cœur des villes, au fond des lacs & des océans profonds, les monstres sont dans nos cauchemars... il ne sont jamais président, ne peuvent pas devenir présidente !

Que faire de toi ? Te laisser repartir, seul ; t'adopter et peut-être faire entrer une parcelle de monstre en moi.

 

 

yve bressande / Monstres C 30 / 19 03 2017

 

 

 

Repost 0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 16:41

Tu migres

 

Migre Émigre Immigre Migrant Émigrant Immigrant Migrateur

 

Dis   pourquoi tu migres ?

 

Tu migres d'où pour où ?

 

Tu migres ailleurs

 

C'est toujours mieux ailleurs

 

Migrer   est-ce fuir ?

 

Fuir l'horreur de la mort

Fuir l'horreur de la barbarie

Fuir l'horreur de ton reflet dans un miroir

 

Fuir plutôt que résister

Fuir plutôt que de te battre

Fuir plutôt que de te laisser humilier

Fuir plutôt qu'être violée

Fuir plutôt que mourir

Fuir plutôt que rester pauvre parmi les pauvres

Fuir pour être pauvre parmi les riches

 

Migrants émigrants immigrants migrateurs

 

Oiseaux aux ailes cassées

 

Oiseaux à la boussole désorientée

 

Un jour tu te lèves

 

Tu veux partir

 

Tu dois partir

 

Tu vas partir aujourd'hui demain

 

Tu es parti sans retour sans te retourner

 

Tu as quitté ton lit

 

Tu as quitté ta maison

 

Tu as quitté ta famille

 

Tu as quitté ta terre

 

Tu avances

 

Tu avances tant que tu peux

 

Tu avances tant que personne te dit de t'arrêter

 

Tu espères qu'il n'y aura pas de barrières

Tu espères qu'il n'y aura pas de militaires

Tu espères qu'il n'y aura pas de police

Tu espères qu'il n'y aura pas de chiens méchants

Tu espères qu'il n'y aura pas de grilles

Tu espères qu'il n'y aura pas de murs

Tu espères pouvoir passer les frontières

Tu espères pouvoir franchir les rivières

Tu espères pouvoir traverser les mers

 

Tu espères

Tu espères qu'au bout il y aura une nouvelle terre

Tu espères qu'au bout il y aura une nouvelle maison

Tu espères qu'au bout il y aura un nouveau lit

Tu espères qu'au bout il y aura une nouvelle famille

Tu espères qu'au bout il y aura une nouvelle vie possible

Tu espères qu'au bout il y aura une nouvelle chance

Tu espères qu'au bout il y aura quand même encore tout au fond

un rêve de retour

 

Plus tard

Beaucoup plus tard

Quand ton enfant ira là d'où tu es venu

Ce n'est pas ta terre qu'il retrouvera

Il trouvera un ailleurs bien plus ailleurs pour lui

Que l'ailleurs que tu espérais trouver en partant il y a si longtemps

Ici / là est un ailleurs  était un ailleurs   sera un ailleurs

 

Immigré tu es

Immigré il est

Tu le resteras pour au moins cinq générations

Ton voisin te traitera d'étranger

Ses parents ont été traités d'étrangers

Tes enfants traiteront d'étrangers ceux qui arriveront

D'ailleurs

Migrateurs

Et ainsi de fuite

 

La terre est ronde

Un jour tu te retrouveras

Un jour tu te rattraperas

Un jour tu seras derrière toi

Un jour

 

yve bressande / 14 11 16

Repost 0
12 septembre 2016 1 12 /09 /septembre /2016 09:54

version audio

Citoyennes Citoyens

Qui cancan can qui cancane qui cancane qui qui

Qui sera cancan qui can

Qui dit à dada à dada à dada

Youp'la on y va on y va

 

Alain / Nicolas2 / Nathalie2 / Bruno

Qui Cancan candidat c'est moi c'est moi le candidat la candidate

À dada à dada votez pour moi

Et Candide l'est pas là

Youp'la on y va on y va à dada

 

Arnaud / Jean-François / Marine / Gérard / Rama

Youp'la on y va on y va à dada

 

Jean-Luc / Benoît / Cécile / François3

Youp'la on y va on y va à dada

 

Nadine / Hervé / Geoffroy / Frédéric2

Youp'la on y va on y va à dada

 

Jacques / Hassen / Jean-Frédéric / Michèle2

Youp'la on y va on y va à dada

 

Pierre / Jean / Yannick / Marie / Philippe

Youp'la on y va on y va à dada

 

Christian / Marie-Noëlle / Jean-Luc / Sidi / Karima

Youp'la on y va on y va à dada

Oufffffffffff  . . .  sauf erreur ou omission

En voilà une belle photo de classe primaire

Il y manquera Candide qui n'est pas candidat

Il y manquera l'instituteur de la République

La République est au piquet

La République boude

Youp'la boude youp'la boude

On s'en fout on y va on y va à dada

Demandez le programme x 2

Le programme quel programme

« Oui toi le petit qui lève le doigt »

« C'est quoi un programme ? »

« Tu n'as pas appris la leçon mon petit Nicolas »

Youp'lala on y va on y va à dada

Gavés comme des oies grasses

Nous en avons plein la bouche

De mots des mots des mots

Des mots sirupeux

Des mots même pas bleux

Des mots malheureux

Des mots qui sonnent creux

Youp'lala on y va on y va à dada

Lever le doigt bien haut

Chercher le sens du vent

L'idée est restée au logis

Voilà à peu près le niveau

La bulle est coincée

Youp'lala on y va on y va à dada

Combien de caméras

Combien de micros

Combien de clics

Combien de fols ovaires

Combien de zamis fessbouquiens

Combien de candidi de candidats de candidates prennent date

Youp'lala on sait pas on y va à dada

C'est bien primaire tout ça

Ça vole bas

Ça sonde au ras des pâquerettes

Ça mitingue et puis s'en va

Ça s'en va et ça veut revenir

C'est là et ça ne veut pas partir

Youp'lala on y va on y va à dada

On est tous candidat

« Le petit Candide est demander au bureau de vote »

Tous candidats Tous candidats

Et moi et moi et toi toi là

La démocratie la démocratie

Elle est aux abonnées Absente

 

 

yve bressande / 08 2016

Repost 0
15 juin 2016 3 15 /06 /juin /2016 09:24
Tout baigne... à Orlando

 

 

 

Tout baigne

tout baigne sous le soleil

plages au kilomètre

océan Pacifique très pacifique

le soleil descend paresseusement

l'horizon fait le dos rond

Edward et Luis sont heureux

Amanda et Mercedez Marisol sont heureuses

aux pays des étoiles

ce soir elles iront danser

ce soir ils iront danser

Tout baigne

ce soir ça va bouger

ce soir ça va pulser

il y aura Juan

il y aura Peter

il y aura Stanley Eric Kimberly Eddie Darryl Deonka Alejandro Anthony Jean Carlos Amanda Franky Jimmy Martin Luis Daniel Xavier Emmanuel Gilberto Ramon Simon Adrian Oscar Enrique Miguel Javier Jorge Joel Jason Benjamin Cory James Juan Luis Daniel Juan Shane Evan Jerald Arthur Leroy Valentin Tevin Eugene Jonathan Antonio Jean Rodolfo Angel Brenda Lee Yilmary Christopher Andrew Frank Paul Antonio Akyra Christopher Joseph Geraldo

 

Ce soir ça va pulser

ce soir ça va bouger

ce soir ils seront tous là toutes là

ce soir ils vont s'éclater

ce soir ce sera gaie

ce soir tout baigne à Orlando

Tout baigne

 

Les lumières se sont éteintes

la musique s'est tue

des éclairs ont zébré la piste

des rafales ont claqué assourdissantes

un vent de terreur a soufflé des vies

tuées pour ce qu'elles étaient

tués pour ce qu'ils étaient

tués pour leur beauté

tuées pour leur joie de vivre

pour eux le soleil s'est éteint

pour eux les chants se sont tus

 

Le bruit des balles continu de siffler

les balles continuent de tuer

le bruit des mots doit continuer

continuer à dire à crier à hurler

dire dire et encore dire

à Omar à Christine à Donald à Sarah

à tous les autres les autres

que les autres sont autres

que l'amour n'a pas de religion

que l'amour n'a pas de couleur

que l'amour est de tous les sexes

que l'amour est de toutes les peaux

que l'amour est de tous les sens

que demain le soleil

que demain la lumière

que demain enfin

pacifique

Tout baignera

Repost 0
25 avril 2016 1 25 /04 /avril /2016 16:07
La porte ! Tchernobyl

 La pooorte !

26 04 1986 / 26 04 2016

 

Au bout du couloir il y a une porte

Le couloir est long très long

À l'autre bout du couloir il y a des hommes

Des hommes qui regardent la porte

La porte n'a pas été refermée

La porte est lourde très lourde

Un homme seul n'y arrivera pas

Il faut courir jusqu'au bout du couloir

Jusqu'à la porte

 

Des oiseaux volent au dessus du couvercle

Peut-être des oies sauvages

Le feu est caché au-delà de la porte

Cache-cache entre vie et lumière

Les hommes ne savent pas éteindre ce feu

Les hommes sont éblouis par la lumière

Les oiseaux n'ont pas perdu le Nord

Combien de vies perdues devant la porte

Les loups hurlent dans la forêt

Les oies ne sont que de passage

Les humains vont devoir fuir

Les humains vont devoir déménager

Les humains ont joué avec la matière

Les humains ont joué avec le feu

Les humains ont perdu la partie

 

La porte est fermée définitivement

Derrière la porte couve le feu

Le dernier n'a pas éteint la lumière avant de mourir

La lumière brillera encore mille fois mille ans

Les loups resteront dans la forêt

Les humains sous-vivants vivent maintenant ailleurs

De loin ils regardent passer les oies sauvages

Les nuits de pleine lune les loups brillent

Le jour le soleil brille au-dessus de la forêt libérée des hommes

Sous le sarcophage il y a une porte

Fermée / ouverte Ouverte / fermée

 

Tout le monde s'en fout

Repost 0
7 avril 2016 4 07 /04 /avril /2016 12:04
« Indignados » Place de la République debout !

 

 

Puerta del Sol

Place Puerta del sol

 

 

 

version audio

 

 

Sur la place « indignados »

 


Puerta del sol / Madrid / « place de la Solidarité »

Place Tahrir / Le Caire / Égypte

Place Mohamed Bouazizi / Tunis / Tunisie

 

Trinity Place / Occupy Wall Street : New-York / U.S.A.

 

Place Taksin / Istanbul / Turquie

 

Place Maïdan / Kiev / Ukraine

 

Place de la République /  Paris / France

 

Place   … ? …  /  Place . . .

Place aux peuples / Partout dans le monde

Les peuples envahissent les places

Les peuples prennent place au centre des places

Toute leur place

Les peuples s'indignent

Les peuples ne sont pas en faillite

Les peuples n'ont pas inventé les « subprimes »

Les peuples ne sont pas
« offshore »

 

Les peuples ont droit à la liberté de conscience


Les peuples sont debout sur les places

 

Le jour et la nuit

Les peuples se révoltent et revendiquent

Démocratie Réelle

 

Réelle Démocratie

Repost 0
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 10:07
Lumières !

 

À Nath J (éclairagiste au Bataclan)

& les autres morts & vifs

Camera obscura

Lumières !

Les feux de la rampe

Lumières !

Show must go on

Lumières !

 

Tu imaginais Lumières

Tu vivais Lumières

Tu étais Lumières

Servante

Lumières !

Veilleuse

Lumières !

Éclairageuse

Noir

Ils ont essayé d'éteindre tes lumières

Ils ont essayé de couper le son

Ils ont réussi à te tuer Lumières

Noir   silence

Au Bataclan   dans nos tripes   en terrasses

« Nuit & Silence »

Un très mauvais titre

Une très noire histoire

Une trop tragique fin

Noire

Du noir tu renaîtras Lumières

Dans le noir tu entendras la musique Lumières

Ton spectre réapparaîtra Lumières

fiat lux

Tu danseras à nouveau Lumières

La nuit reculera

 

C'est ce qu'on dit

C'est ce qu'on se dit

C'est ce qu'on croit

C'est ce qu'on espère

 

Six pieds sous terre il ne doit pas faire bien chaud

Six pieds sous terre la musique ne doit pas bien passer

Six pieds sous terre il n'y a plus de jours

Six pieds sous terre il n'y a plus de nuits

 

Lumières !

 

Des bougies se sont allumées

 

Lumières !

 

Au matin le soleil s'est levé

 

Lumières !

 

Depuis des enfants sont nés

 

Lumières !

 

 

Si la nuit naît de la disparition de la lumière

apprenons la lumière aux enfants

peut-être l'avenir s’éclairera

 

Lumières !

 

yve bressande / 13 22 11 2015

Repost 0
25 octobre 2015 7 25 /10 /octobre /2015 13:20
Zad Zad Zad Sivens

 

Z À D

 

Zad Zad Zad

cri de ralliement dans la campagne brumeuse

au levé du jour

à la tombée de la nuit

à l'approche des cafards

cris de rage coup de barre rage

face à face

 

Zad Zad Zad

rage sans retenue

rage humide

rage acide

mauvais trip'

cauchemars enfumés intoxiqués

 

Zad Zad Zad

explosions

coups de barre matte →

traque au fond du bois

traque dans la plaine

coup de barre sur les têtes

coup de barre rage dans la tête

châtaigne dans le dos

 

Zad     Zad     Zad [façon glas]

la châtaigne ne tombera plus

la grenouille ne chantera plus

le lièvre baisse les oreilles

le chêne est à terre

le roseau n'a pas mieux résisté

 

Zad Zad Zad

le maïs réclame son bain de pieds

les zélés zélus en sont tout babus

la fénéssea s'en gratte le fondement

les journatristes zaveuglés pissent & bavent

 

Zad Zad Zad

un chêne est encore debout

il abrite un nid

un nid de bois et de voile

un nid de résistance

un nid qui ne veut pas tomber

un nid qui ne tombera pas

 

Zad Zad Zad

ici zaussi et zailleurs pareil

comme un avion sans avion

comme une lande qui débande

comme un ballon dégonflé

comme un parc décentré

 

Zad Zad Zad Zad Zad Zad Zad Zad Zad

hier un zoiseau s'est envolé triste nuit

ce n'est pas fini si pour Rémi

demain d'autres viendront se poser

au sommet du chêne

sur un châtaignier

visible / invisible → collectivif

ils chantent chanteront avec Lui

 

Zad Zad Zad Zad Zad        Zad Zad Zad Zad Zad

[sur l'air du temps des cerises]

 

 

yve bressande / 11 2014

 

Repost 0
3 septembre 2015 4 03 /09 /septembre /2015 14:31
Où allons- nous  où ?Où allons- nous  où ?
version audio
(cliquez sur le carré vert ci-dessous)
 

 

 

Pourquoi ces ruines de toutes parts

Ces rafales qui décapitent

Ces terribles bourdons qui crachent le tonnerre /

Pourquoi ces cris et ces pleurs

Ces paroles définitives

Ce mot - départ - répété jusqu'à bouche sèche /

Pourquoi ce maigre sac posé là

Où allons-nous où

 

Chemins au milieu des oliviers

Ruelles de notre quartier de notre village

Rues populeuses du souk

Soirées d'été à taper dans ce ballon pelé

Fêtes où nous aimions danser /

Aujourd'hui nous piétinons

Tous se sont réunis

Interminables embrassades

Des gouttes nombreuses nous arrosent

Pourtant le ciel est bleu et sec

Quelle est cette pluie sans nom /

Ce matin ou ce soir nous partirons

Où allons-nous où

 

Nous suivons et nous sommes suivies

Un pas après l'autre

Vers quel horizon quels nouveaux pays sages (?)

Cent pas mille pas

Plaines montagnes se succèdent

Cailloux sable goudron

Nous blessent nous brûlent

Nous usent trop vite /

À peine parfois une pause

Nous nous détendons quelques minutes

L'eau du ruisseau rougit autour de ses pieds /

C'est reparti

Dix mille pas cent mille pas

Nous sommes solides et dures à l'épreuve

Un bon artisan nous a fabriqué

Toutes de cuir épais et résistant /

Où allons-nous où

 

Des mots s'échappent des bouches

Rebondissent et nous rendent plus légères

Europe Liberté Paix Travail

Un autre tombe comme une lourde grille

Frontière

Il nous oblige à des jours de surplace

À des palabres et marchandages sans fin /

Nous en avons déjà traversé plusieurs /

Nous repartons à l'aube naissante

Au creux d'une nuit protectrice

Et toujours la même terre le même soleil

Où allons-nous où

 

Parfois de nouveau les cris

La peur la panique

Nous courons le plus vite possible

Sans jamais revenir sur nos pas

Avancer coûte que coûte /

Se heurter à de nouveaux mots

Migrants ils disent

Retour ils disent

Papiers ils disent

Bienvenue ils disent

Monnaie ils disent

Monnaie nous savons ce mot universel

Il est vert et précieux

Bien plus utile que le passeport

C'est nous qui le cachons

Petits paquets biens serrés

Enveloppés de soie

Un à gauche un à droite

Où allons-nous où

 

Berlin Stockholm Calais Londres

Des rêves des histoires

Le soir autour d'un feu de bois

Dans un conteneur surchauffé

Sur ce radeau ballotté par des vagues assassines /

Les mots sont l'essence du voyage

Les grains d'un chapelet d'à venir /

Nous au ras du sol

Nous comptons les pas

Un million de pas dix millions de pas

Où allons-nous où

 

Nos lacets ont craqué plus d'une fois

Bouts de ficelle ruban adhésif

Nous sommes au bout du rouleau

Rafistolées jusqu'à la corde /

Nous tiendrons

Nous tiendrons cent millions de pas

Mille milliards de pas s'il le faut

Nous irons jusqu'au bout

Où allons-nous où

 

Où se termine le voyage

Nous avons vu jeter de la terre sur certaines d'entre nous

Nous en avons vu séparées abandonnées

Mais nous nous tiendrons

Nous tiendrons jusqu'au bout /

Camions bateaux trains taxis autobus

Des mots des mots

Des mots qui nous font avancer

Des mots que nous ne comprenons plus /

Où allons-nous où

Ici l'air est humide et salé

Où sommes-nous où

 

Ces fils barbelés

Ces uniformes qui nous entourent

Toute cette boue

Est-ce ici la fin du voyage

Était-ce pour cela ces innombrables pas

Était-ce pour cela que /

Nous avons parcouru ces milliers de kilomètres

Nous avons compté cent mille milliards d'étoiles

Nous avons tout donné tout /

Nous arrivons à destination

Il y a destin et nation dans ce mot

Il y a nouvelle vie

Il y a nouveau départ

Il y aura nouvelle langue

Il y aura peut-être un peu encore de la joie /

Nous y sommes où

 

Toujours inséparables

Nous avons fait la paire /

« Mission accomplie » /

La terre est ronde

Un jour peut-être nous reviendrons

Semelles devants

 

. . . semelles de vent . . .

 

 

 

yve bressande 2015

Repost 0

Audio Vox Concept'

regroupe une suite de textes conçus et écrits pour la voix.

Mise en bouche en souffle en 3 2 1 …

  D’autres textes dans la rubrique Audio Vox
(enregistrement artisanal par l'auteur)
La version audio est parfois différente de la version texte.
La raison pourrait en être une persistance des brumes textuelles.
Les poèmes sont des plaques tectoniques, ils bougent, se choquent, s'entrechoquent, emmagasinent de l'énergie, cela produit des failles de sens, des cratères néologiques, parfois aussi des tremblements de vers, des tsunamis sémantiques…