Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 17:18
    Le poème « Europa / d'attente & d'exil » est l'expression fragmentaire, fragmentée ; imaginée, imaginaire, imagée de toutes les forces divergentes, convergentes ; agonistes, antagonistes ; d'amour, de haine ; de violence, de paix, d'acceptation, de refus, qui traversent l'Europe. C'est aussi un exil dans les mots des autres, un voyage, une errance par définition inachevée, inachevable, presque inavouable.
Mots quémandés, volés, empruntés, inventés, ...

    Lire de la poésie, en écouter, en dire, en écrire. Notes prises au gré de bouts de papier, de pages de carnets, de recoins d’ordinateur… Et un jour les rassembler, les monter comme une construction de briques, une base de données, Attente & Exil en guise de fil à plomb, puis permutations, interchangeabilité des éléments pour arriver à une suite improbable mais… quelque part cohérente.
Et, en cours de route lancer un appel à contribution.
Si je vous dis : Exil, vous me répondez ? Trois mots s.v.p., trois petits mots.
Ces mots ont trouvé une place, comme des piquets, des repères, l’armature du mur.
Et lisser, ajuster, retailler, malaxer, pétrir, laisser monter, années après années, combien, difficile à dire, la mémoire défaille, sept ans, neuf ans, onze ans… ?

Europe terre d'accueil, terre d'asile, terre d'espérance.
Europe terre de guerres, d'épidémies, de déportation.
Europe terre d'exil, de départs, de conquêtes.
Europe terre de richesse, de commerce, de marché commun, de communauté économique.
Europe terre d'échanges culturels, trop rarement Europe des peuples.
Europe terre de pauvreté, de chômage, de xénophobie, de racisme.

Exil intérieur aussi, Europe aux frontières mouvantes, Est / Ouest, Nord / Sud.
Exil social, mise au ban, esclavage.
Il y a ceux qui gaspillent, ceux qui vivent, ceux qui survivent, ceux qui meurent.

Et toujours des femmes, des enfants, des hommes déplacés, volontairement ou non, le plus souvent poussé par la misère, la guerre, la famine, la violence d'un pouvoir, l'appât du gain.
Et au milieu de ce tourbillon, ceux qui restent, qui ne bougent pas, qui s'accrochent à leur terre, à leur langue, qui attendent en courbant le dos ou en résistant à « l'envahisseur ».

Une multitude de points fixes entourés d'une multitude de points mouvants, bougeants, en déplacement. Les sédentaires et les nomades.
Ceux qui voudraient bouger et qui attendent, le bon moment, l'opportunité, le déclic.
Ceux qui sont partis, bougent sans cesse et cherchent un lieu où se poser.

- Europa - résultante de toutes ces forces, forces du mouvement, forces de l'immobilité.
Et toujours des humains qui se rencontrent, se confrontent, se racontent, se battent, s'aiment, se reproduisent, se métissent, se tuent.

Et bientôt en version audio / rubrique Europa (le premier est déjà disponible).
Partager cet article
Repost0
17 octobre 2008 5 17 /10 /octobre /2008 12:30

Charter


Géno’side

Arménie
Biafra
Amazonie
Amériques (toutes les)
Palestine
Ouganda
Tchétchénie
Tibet
Darfour
Congo
Rwanda
Allemagne (IIIe Reich)
Cambodge
Croatie
Bosnie
Australie
…   …   …
…   …
Etc.


Refuge

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 13:38
Retour

À travers la magie des couloirs    des vibrations inouïs
La navette glisse tisse un texte au néon

Lapin pend hors de sa peau
Il dit que son vrai nom n’est pas son vrai nom
Langues de chats félines aux secrets des fourrures
Regard au vélo dans la cour

À travers les pays à travers le temps à travers le verbe
Vieil encrier dans lequel le fer cherche le mot le plus acéré
Un peu du poudre stérile de nos vies échangées
Le bruyant capharnaüm des cités prend des apparences de

Jugement

L’astre s’approche   immense   dans l’œil-de-bœuf
Le hasard seul m’a-t-il conduit rue des Matinales

Et soudain le cœur finit par battre

Espérance
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2008 5 03 /10 /octobre /2008 17:53
Edvige

Dans le soutien-gorge de son aisance
Cette petite chienne sent la femme en sucre d’orge
Goutte de rosée sur brin d’herbe
Odeur âcre de la peur

Interroge les contrôleurs   vérifie chaque wagon
De pauvres corps se cherchent   se pénètrent

L’enfant étale de la couleur sur une tranche de pain
Un cri des temps reculés lui parvient

Bannissement
Partager cet article
Repost0
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 18:48
Nostalgie

Graffitis sur ta bouche qui te délient de la légende
Les pantins quittent le corridor des étreintes balisées
L’ordre des grains ne distrait pas le monde
Une bille chamarrée frappée de lumière instantanée
Et l’ombre pas seulement mais le rire sous l’ombre

Un matin   fatalement
Le rasoir dérape et cela se compare à un

Trouble

Buée     goutte qui tombe et trace et blesse
Un peu d’espoir et le double de tes clés

S'éloigner l'un l'autre du premier rang

Péril
Partager cet article
Repost0
5 septembre 2008 5 05 /09 /septembre /2008 15:00
Séparation

Pseudonymes exotiques sur le registre des perquisitions
Les sans-nom aiment Babylone à midi
Ce paysage abandonné est leur paysage

Es-tu libre    Est-il encore temps

On invente on fabule on dit que la vie est étrange ailleurs
Une pudeur quasiment sexuelle ou amoureuse de la voix
L’air est un lasso qui ramasse les S s s

Des dos accoudés ondulent
Dans le café nous lisons en attendant qu’il revienne

Du fait de la nature propre de la lumière
Le prochain poème sera plus réussi

Sinusoïde

Des visages sortent de l’humus
Ils soufflent dans la glaise des premiers sons
Signes incandescents au-delà du rire
Accrochés aux bois flottés de nos phrases

Patrie
Partager cet article
Repost0
27 août 2008 3 27 /08 /août /2008 16:03
Déclinologie

Jazz cuivré     tambours du     didjiridu
Nous sommes tous des enfants d’immigrés
Tout est à nous   rien n’est à
Qui sème la misère

Sédiments multicouches   traitement indi’vide
Sédentarisation pieds à pieds   au pied   au cul
Aucune hésitation

Comme un lézard sans mur
Peut-être est-ce du au climat spécial de ce territoire
Les mots toujours sont des planches à raboter

“Voudriez-vous faire l’amour avec moi ?"

Son bonnet se déplace de tête à tête
Une puce un poux assis sur un tabouret

Cahot
Partager cet article
Repost0
19 août 2008 2 19 /08 /août /2008 09:05
Naufrage

Ça passe   ça casse   ça coule
Tout prix   tous risques   tout or    nothing

Chiens bleus troussent détroussent rebroussent retroussent
Le bout du   asphyxie   boyaux 
Turbulences  flatulences  expulsions   explo’
Vers  gros sous la croûte   ténia grégaire
Sous le manteau  
gangrène   circule

Corrections hasardeuses   douteuses   destinations

Veuillez nous excuser de ce retard
Les passagers à destination de
Vous êtes invités à
Suite à incident voyageur


Asia / Europa / Africa
Rideau de fer à nouveau
Peuples de tous les      chavirage

Urbanisation    mégapolicière

Racaille
Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 10:03
Cruauté

On nous ment

Ils ont l'argent nous avons la destruction
Ils ont l'argent nous avons l'abstinence
Ils ont l'argent nous avons le nombre
Nous ne voulons pas de l'argent
Nous voulons vivre    lire libre par préférence

Déplier le plan d'une cité raturée par des allés et venus
Les photos n'ont aucun goût particulier
Foule fourmis fourmille de petits humanomorphes en attente

Finalement les règles s'usent   les lois s'obsolètent

Trouver
Partager cet article
Repost0
8 août 2008 5 08 /08 /août /2008 13:05
Menace

On ne sait pas   sauf le manque

L’épaule et l’oreille attentives ouvrent et ferment la transparence
Chantent et exposent leurs plaies à la nuit

Sa mère lui a donné sept noms pour qu’il ne meurt pas

“Le centre du monde est partout”
C’est écrit au dos de sa casquette
Le récit fait parti du voyage

Vu par le petit bout
Touriste stupide à tête de ratite de base

Bancs hérissés coiffés d’homodateurs
Les ronflements perturbent la bonne marche des affaires
Petits groupes   debouts
Électrons libres piaillent en orbites cantiques

- Espace sous vidéo surveillance -

Merci de votre compréhension

Convention
Partager cet article
Repost0

Audio Vox Concept'

regroupe une suite de textes conçus et écrits pour la voix.

Mise en bouche en souffle en 3 2 1 …

  D’autres textes dans la rubrique Audio Vox
(enregistrement artisanal par l'auteur)
La version audio est parfois différente de la version texte.
La raison pourrait en être une persistance des brumes textuelles.
Les poèmes sont des plaques tectoniques, ils bougent, se choquent, s'entrechoquent, emmagasinent de l'énergie, cela produit des failles de sens, des cratères néologiques, parfois aussi des tremblements de vers, des tsunamis sémantiques…