Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2020 2 19 /05 /mai /2020 10:44

Transpirer suer

du burnous du cul

des cheveux de la langue

faire suer la langue

l'étuver la lessiver l'essorer

en extraire le jus la moelle substantifique

pédaler pédaler pédaler

dans le mou dans le vide

transpirer suer

de la figue du jonc

en baver des ronds de chapeau

être en nage

comme écrivisse nubile

en âge de convoler

de passer à la casserole

transpirer suer sucer

en veux-tu en voilà

un bout de la queue

du bout de la langue

au bout de la rue

sur le pavé sur le fil sur la pointe

sucer transpirer aspirer

par tous les seins

pour tous les porcs

sucer aspirer s'agiter téter gloutonner

le bon mot le bon sens la bonne soupe

le vers luisant le vers galant la vermine

s'en lécher les babines les doigts

suer suinter dégouliner

rengorger régurgiter dégobiller

sur la page sur la plage à la pointe

sèche sécher sur pied se dessécher

se momifier s'ensabler s'enliser

s'enfoncer s'enferrer à sec &

toucher le fond du trou de la vacuité

va cuiter suer purger la dernière goutte &

pâteux dépité déconfit

se taire

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2016 4 06 /10 /octobre /2016 10:21

 

Inventaire avant disparition

Avant dissipation des brumes matinales

Avant déménagement final

Avant liquidation des stocks

Avant fermeture définitive pour cause de

. . .

 

Les noms propres        Disparus

Les titres des livres      Disparus

Les titres des films       Disparus

Les yeux des filles       Disparus

La tête des amies d'enfance   Disparue

Écrire ses mémoires avant de la perdre

Écrire sa mémoire en train de se dissoudre

Écrire ce qui reste entre les trous

Il reste les voix

Il reste des odeurs

Il reste

Les cinq sens

Il reste des émotions

Il reste ce qui ne sert à rien

. . .

 

Que reste-t-il d'une vie

Des souvenirs

Bouffées de souvenirs

Tous à la fois en vagues débordantes

Et puis le reflux

Marée mémorielle basse

Vastes étendues parsemées de flaques

Flaques qui s'évaporent

Eau de mémoire

Parfum d'antan à se vaporiser entre les neurones

En gouttelettes en pépites en étincelles

 

Que reste-t-il d'une vie

Pas grand chose

Quelques équevilles vites dispersées

Les objets s'appartiennent

Les objets n'ont pas de mémoire

Le sculpteur  le peintre  l'inventeur

Laissent un peu de matière identifiable

Laissent un nom  une signature

Pour combien de temps

 

Que reste-t-il d'une vie

Si peu de choses

Quelques lignes sur un registre

Quelques souvenirs dans la tête des encore vivants

Un peu de pigment sur une photographie

Quelques pixels sur un écran

Un bouquet de poèmes

Pour combien de temps

. . .

 

Pourquoi resterait-il quelque chose

D'une vie

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2016 2 16 /02 /février /2016 18:23

Crotte crotte crotte

Merdre de merdre

 

Une merde de mammouth

Là en travers du chemin

Au milieu du trottoir crottoir

Quel monstre l'a posée là

Obligé de descendre dans le caniveau

De passer en face

Merde de Canis lupus familiaris entré dans la ville

Ou d'homo copro degueulassis en incontinence noctambule

 

Crotte crotte crotte

Merdre de merdre

 

Une chiure de chihuahua ça ressemble à quoi

Ça ressemble à ça

À une catelle de bique un grain de raisin →

Incruster sous la semelle

Ça pue comme trente six pets de lapin

Mémère doit le nourrir à la barbaque fraîche

Impossible de s'en débarrasser /

Faire celui qui ne s'est aperçu de rien

 

Crotte crotte crotte

Merdre de merdre

 

Gaffe à ne pas passer sous ce platane

Perchoir à sansonnets chieurs

Ni sous ce câble de passerelle suspendue

Balançoire à goélands argentés et mouettes à tête noire

Port du chapeau Casquette obligatoire

Sans parler des pigeons déféqueurs en plein vol

Et ce fichu moineau qui vient caguer dans ma bière

 

Crotte crotte crotte

Merdre de merdre

 

Plus d'un rat par habitant qu'ils disent

Où est-ce que les rats chient

Qui dit rats dit' chats chient dans les bottes

Et tous ces poissons qui se lâchent dans le fleuve

Tous ses tuyaux boyaux sous nos pieds

Autoroutes à merde

Nuées de mouches bleues noires vertes

 

Crotte crotte crotte

Merdre de merdre

 

À la campagne

Les petits oiseaux chantent

Il y a les papillons

L'air est respirable

Le ciel bleu

Sur le fumier pousse des courges énooormes

Crottins purins fument les champs

La bouse sèche brûle dans la cheminée

 

Crotte crotte crotte

Merdre de merdre

 

Il n'y a bonne merde que verte

Expulsée en plein air

Qui retourne à la terre

Et comme le dit mon amie Berthe

Arrêtez de chier sur la bitume

Nom d'un mammouth en rut

 

 

yve bressande 02 16

Partager cet article
Repost0
13 août 2015 4 13 /08 /août /2015 18:11
De l'orage dans l'air

 

Il y a de l'orage dans l'air
De l'électricité dans les veines
Les atomes sont secoués   bringuebalés

Rafales en tourbillons   en goupillons

Zébrures aveuglantes déchirent la page
Les géants grondent et font trembler les murs

Les farfadets se planquent sous le lit
La chambre se faradayte contre les cauchemars

 

Bonne nuit

Partager cet article
Repost0
11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 11:48

 

 

 

 

Tout à l'heure j'avais une bonne idée,

et voilà que je l'ai perdue.

 

Quand le vide prend de plus en plus de place.

Où ranger le vide ?

Existe-t-il des placards à vide, des étagères à vide, des tiroirs à vide ?

Comment faire pour que le vide tienne moins de place ?

 

Ou alors se laisser envahir

Et juste laisser une place vide

au vide.

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 10:05

Se perdre
Se battre
S'oublier
Il se bat bas bât avec la langue avec sa langue
Qui
Sa langue qui cogne se cogne au palais au palais  au palet au pas laid
Elle colle
Il s'en bat sa coulpe ses couilles   la tête contre les murs
Il écrit il écrit quoi il dit quoi il . . . quoi
Il se cogne  & là    instant T
La panne de sens
Vous est-il arrivé une fois un jour de perdre le sens ?
D'un coup en plein vol tout fou le camp
Répéter répéter répéter et
Le mot le vers le poème en entier
Ne veut plus rien dire ne dit plus rien refuse de se laisser
point d'absence . . .  d'amnésie ?
Ça cogne dans le vide
Ça ne résonne plus
Chute vertigineuse
De l'oiseau qui oublie de battre des ailes
Du parachutiste paralysé par la beauté du paysage
Du funambule qui prend la tangente
Les sons sortent de la bouche
Glossolaliques   tra la la   gromelesques
La langue tourne s'agite
En tous sens
La langue s'efface disparaît
Vide de sens
Plus rien à faire à dire
Plus rien
Rien
En rire
En mourir
De rire
Rire
rir
ri
r
( )

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 14:41

La nuit s'ennuie
surtout l'été au petit matin
et le jour c'est court

Si lance la lune rousse
Léthé ce sera pour plus tard

Si Saturne te casse les burnes
alors sans manière bouge tes ovaires

Qui clique tôt risque gros
quand le vit aminé bande aux néons

Mieux vaut casser le pot au laid
que de laisser s'enfuir la belle de mai

La nuit en gris de cafard
fermez les fenêtres
évitez les ponts

Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 14:26

Jeune déjà j'avais le cerveau lent
avec l'âge il devient mou lent
il faut que je dope à mine grasse
ses circonvolutions reptilocortexoïdes
pour que même mou Line m'aime encore
car si mon cerveau lent moud
le temps père amant de mes vieux jours
il ne peut gonfler mon vit aminé sans hydrogène
et là où le gène défaille tout fout le camp
l'hydre n'a qu'une tête immortelle
ce n'est pas la mienne

Partager cet article
Repost0
25 février 2009 3 25 /02 /février /2009 21:25
À l'eau de vie ; à la mort subite !

C'est quand même pas la mort à boire.

Il a toujours préféré «Mon Sherry» à ma chérie et Cerise à l'eau de vie… et la Baba au rhum là didon doudou donne du rhum à ton homme et t'auras du bon ratafia !

À deux pas du vide, trépas en avant et débarrasse le planché.

Le plus pire du pire c'est de n'être, de naître mort né.

Naître mort c'est quand même quelque chose, c'est plus que moins que rien ; c'est avoir existé, quelques semaines, mois, dans l'imaginaire d'une mère, d'un couple, d'une famille...

Mais quand même, naître mort est-ce possible, grammaticalement possible ?
Le verbe naître implique t-il un souffle de vie ? Ou n'est-ce que l'entérimage d'une expulsion de quelque chose ?

Qu'est-ce que naître ?

Étonnant qu'à l'école on ne nous dise rien là-dessus... Ou alors j'ai oublié ?
Oublié de naître ? De n'être rien ou de n'être pas grand chose ?

Naître n'est pas vraiment un acte volontaire, on ne choisi pas plus que l'on ne décide de naître.
Ni du quand, ni du où.
— Maman, Papa, je voudrais naître !
— D'où est-ce que tu parles ?
Ô éther nu...

Naître vivant.
Si mort né, n'être rien... d'autre qu'un sous venir. Un qui a pas pu venir, qui a raté sa sortie, ou son entrée, son entrée en scène, la scène du monde, le beau monde, planète terre, petite planète, petite étoile, galaxie de banlieue.
Comédien par essence ?
Quand on entre on sort et quand on sort on entre. Allez retour, retour au néant, retourne de là d'où tu viens.

On peut choisir de mourir, de mourir de rire, ou d'autres choses...
Mais de naître ?

Après la mort on ne choisi plus rien du tout, même pas l'exécution de nos dernières volontés, en admettant que nous en ayons exprimé, expiré.

Avant de naître on n'est pas mort, on n'est pas et c'est tout, enfin, c'est plutôt rien.
Sauf si conception, dans ce cas de figure revenir au début.
Après être mort, on a été ; laisser une trace. Mémoire des atomes ?
Le fait d'avoir été change le cours des choses, à court terme.

Manger bio, légumes, fruits frais, riz complet et quinoa équitable… Méfiez-vous de la viande rouge et de la charcuterie, ne buvez plus d'alcool, ne fumez plus, surtout pas d'Ogm, ainsi vous éviterez le cancer et autres saloperies mortelles.
Juste bon pour les riches ça, car avec 650 € par mois tu vas pas loin, et si t'es rémiste t'as rien à bouffer. Alors le fin du fin , c'est de mourir de faim !

Oui mais bon, de quoi allons nous mourir à la fin ? De vieillesse ? D'un arrêt du cœur ?
Mourir de rien c'est con, faut bien mourir de quelque chose pour que ça vaille le coup de mourir.

Espérance de vie ou de vieillesse ? L'une est-elle synonyme de l'autre ?
Espérer vivre, vieux, pauvre et malade... faut être un poil maso, non ?
Concept de statistichiens aboyeurs de mauvaises nouvelles.

Y'a bien l'accident, mais c'est aléatoire, et Thoires c'est rien d'autre qu'un trou, trop improbable pour y penser sérieusement.

Alors y'a le suicide, mais le suicide c'est compliqué, faut y penser, le préparer, et surtout le réussir !
C'est pas donné à tout le monde de réussir sa mort.

La lame de rasoir, si t'as pas la baignoire et l'eau chaude n'y pense même pas. La fenêtre faut calculer la trajectoire et être sûr de l'impact, sinon tu finis tétraplégique. La chimie faut minimum un doctorat. Le train, pourquoi traumatiser un brave cheminot qui t'a rien fait. La balle faut le fusil ou le pistolet, revolver, bref le machin qui se vend pas au coin de la rue. La noyade, si tu sais nager c'est pas gagné et si tu sais pas faut des cailloux dans les poches et personne à l'aronde, ou la ronde, bref qui aie pas un couillon pour se jeter à l'eau et se noyer en essayant de te sauver, ou pire qui réussisse à te sauver.
Déjà mal à la tête rien que d'y penser.


à suivre, sauf si mort subite...
Partager cet article
Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 16:02

Sans
Sans le sang   dort
Dessous   dessous du   le dessous
Xième du nom
Sans le sous   rire de tout
Un sous   un rond   une piastre tinte
La roue   la grande   tourne
Case sans   le puits   fond du trou
L'onde s'étale   lisse
Alors   doucement   laisser
Monter   remonter le silence   sans bruit
Sans plus de sens   ne fait plus
Presque en retenant le  soufffffle
Comme pour ne pas effrayer le chaton
Curieux de tout   le petit chat   mais vite peur
S'endort en rond   s'enroule   en confiance
Un rayon de soleil de janvier
Perce le froid   à l'oblique
Sens oblique des choses pâles
Pâleur des choses en hiver
Fixer le pavé   sans dormir
Les pas   à double sens
Sans cligner des yeux   essayer
Pas comme avec le chat
Avec lui baisser les paupières
Il viendra sur les genoux
Rouler en boule  ronronner
En rond   en ronde   dénouer
Essayer de dénouer   sans forcer
Sans forcer le déroulement des choses
Réchauffer avec les mains   le souffle
Souffler sur l'escarbille   braise
Intensité des rouges orangers
La couvrir   à peine   flammèche
Si sèche   sans l'étouffer
Reprendre le noeud   nouvelle tentative
Sans dormir   car si sang dormir
Sang se fige   étirer un peu la jambe
Celle qui fourmille   sang arrêté
Débloquer la hanche   tirer sur la colonne
Revenir à la position de départ
Petit bruit métallique   étincelle sonore
Phosphore dans l'oeil du chat   l'oreille pivote
Frisson de moustache   il baille
Le noeud résiste   le sens   vouloir
Sans pouvoir   sans pouvoir dormir
Sans pouvoir sur   sur rien   même soi
Même mourir   sans dire   sans pouvoir dire
Crépitements   intime chaleur   fumerolle
Revenir au noeud   de l'histoire   mémoire
Tirer   avec lenteur   sans resserrer
Sans risquer la rupture   cassure
Sans briser le lien   ténu   distendu
Chaussures jaunes vives   taille 33
Poignée de secondes   "M'man le p'tit chat"  puis s'envole
Les yeux fermés   du bout des doigts
Des yeux aux bouts des doigts   tactile
Tactique   sentir les fils   en huit
Idée subtile de l'infini   du temps perdu
Du temps nouer   nouer par le temps
Le travaille du temps   pour se payer du bon temps
Quart temps   mi temps   trois-quart temps   plein temps
Plein le dos   plein le cul   plein les bottes
La queue du chat remue
Électricité dans l'air   dans l'air du temps
S'envoyer en l'air   de temps en temps
Sans le noeud   ce foutu noeud
Le crépuscule crépus   têtu   obtus
Tombe   s'effondre le jour   ici bas
Au plus bas   peu pas plus   toujours un possible
Fin de partie   perdue   le truc
En finir   en beauté   sans délais
Si ce n'était   obssessif   le noeud
Cauchemar   sous les yeux   sens inversé
À l'envers   s'y prendre autrement
Autrement dit   lâcher prise
À vau-l'eau   eau de boudin  l'eau du bain
Demain   noeud au ventre   mais quand même
Demain   coup de sang   fouette cocher
Galipette et chat tigré   déplier   replier
Se coucher   sans dormir   sang froid
Regarder droit   l'envers du dé   du corps
Du miroir   en dedans   trouver
Chercher   creuser   chat rêve
Le noeud se détend   fatigué   amadoué
Un autre mot   qui ne vient pas
Bout de langue rose   long bâillement  étiiiirement
Là   sans   sur l'asphalte
Foetus géant   larvaire   chrysalidesque
Extinction
Partager cet article
Repost0

Audio Vox Concept'

regroupe une suite de textes conçus et écrits pour la voix.

Mise en bouche en souffle en 3 2 1 …

  D’autres textes dans la rubrique Audio Vox
(enregistrement artisanal par l'auteur)
La version audio est parfois différente de la version texte.
La raison pourrait en être une persistance des brumes textuelles.
Les poèmes sont des plaques tectoniques, ils bougent, se choquent, s'entrechoquent, emmagasinent de l'énergie, cela produit des failles de sens, des cratères néologiques, parfois aussi des tremblements de vers, des tsunamis sémantiques…